ESPACE D’EXPOSITION NUMÉRIQUE

« Le Parcours » est une promenade en cinq étapes, chacune réellement initiatique, immersive et surprenante, pour qui veut découvrir véritablement le Marrakech d’hier autant que celui d’aujourd’hui.

La première étape traversée par le visiteur s’intitule « je suis Marrakech ». Ici sont regroupés les témoignages de centaines d’habitants patiemment interrogés pendant de nombreux mois. Qu’ils soient issus de familles vivant ici depuis des générations ou Marrakchis d’adoption car leur cœur est resté un jour attaché à la cité ocre, tous démontrent un attachement particulier à cette vie si particulière qui rythme leurs journées. Comme ce fut le cas aussi pour ces nombreux voyageurs qui ont choisi un jour de s’établir dans cette ville envoutante dont l’histoire remonte au 12e siècle et qui allait devenir, au travers des temps, capitale de deux empires. Qu’elles que soient ses origines, chacun raconte ainsi son quotidien, partage ses émotions et sa vision de Marrakech lors d’un échange visuel et sonore inédit.

Vient ensuite un second espace nommé « paysages et ruelles ». La poursuite du parcours amène le promeneur à s’engouffrer dans un derb symbolique, étroite ruelle sinuant sur près de 30 mètres, et qui met en scène une fresque de 26 panneaux illustrés et dessinés à la main. En débutant par l’envol de tous ces marrakchis témoins de leur temps, les croquis, dont les images évoluent selon l’angle de vision, permettent de survoler Marrakech, les détails de scènes de rues, de s’élever sans fin jusqu’à découvrir les dunes du Sahara pour ensuite rejoindre les côtes marocaines et l’océan à perte de vue.

En s’enfonçant dans ces paysages et ruelles, petit à petit, le visiteur s’est habitué à l’obscurité pour pénétrer dans la « salle des merveilles », troisième et grandiose étape proposée par le Meydene. L’expérience devient à ce moment vertigineuse, les effets visuels et le son déstabilisant totalement les sens pour amener chacun à filer, voler et parcourir tant les ruelles de la médina que les montagnes de l’Atlas. Au terme d’un voyage grisant, un ultime envol amène chacun à plonger dans les vagues qui se fracassent sur les côtes marocaines avant de repartir mourir au large. Il y aura eu auparavant, pêle-mêle, des jardins luxuriants, une multitude de derbs, un patio de riad comme seuls les initiés les connaissent ou encore les rues du Guéliz, plus modernes, mais toujours envoutantes. Autant de lieux qui symbolisent les racines et la légende de Marrakech.

La salle des merveilles laisse ainsi l’hôte du Meydene, ébloui, poursuivre le parcours vers « l’ile aux trésors ». Quel autre nom pouvait porter ce lieu où sont mis en scène, entre ombres, lumières et images projetées, plus de 300 objets issus du quotidien des marrakchis ? Ils n’ont pas été choisis par hasard. Chacun d’entre eux raconte véritablement une histoire attachée à la vie de ceux qui sillonnent ici rues et ruelles au fil du temps et des jours. Ils sont tout à la fois des racines, des souvenirs, le présent et sans aucun doute le futur de la vie marrakchia.

Vient ensuite le temps, déjà, de finir l’initiation du voyageur qui a pu, depuis son entrée dans le Meydene, respirer, apprendre et comprendre un peu mieux Marrakech. Le « souvenir » est l’occasion pour chacun d’immortaliser son parcours au travers d’une photographie qui le fera entrer un peu plus dans la grande famille des amoureux de la cité ocre.